Omar menace de bruler la maison de, Fatima, la fille du prophète

Omar menace de bruler la maison de, Fatima, la fille du prophète

1186
5
SHARE

— Début de la traduction —

38061 – Mohammed bin Bichr nous a dit, que Ubaydullah bin Oumarane nous a fit, que Zayd bin Aslamane, d’après son père Asslam que :

Quand les gens ont prêté allégeance à Abu Bakr [1] après le prophète, Ali [2] et al-Zoubayr allaient chez Fatima, la fille du messager d’Allah, ils la consultaient et discutaient de la situation.

Quand Omar ibn al-Khattab [3] a appris cela, il est rentré chez Fatima et il a dit :

Toi fille du messager d’Allah, je jure au nom d’Allah que nul n’est plus cher chez-nous que ton père, et parmi la Création nul n’est plus cher pour nous après ton père que toi, mais Dieu m’est témoin que ceci m’empêchera pas, si ces gens se réunissent encore chez-toi, que je brule la maison sur eux.

Quand Omar est partir, les autres venus. Elle leur a dit :

Sachez qu’Omar est venu et il a juré que si vous revenez, il brule la maison et vous dedans. Il a pris Dieu à témoin qu’il le fera. Vous seriez sages de partir voir ce que vous pouvez faire mais ne revenez pas ici. [4]

— Fin de la traduction —

 

Notes de traduction :

[1] : Abu Bakr devient donc le premier calife

[2] : Ali allait plus tard devenir le quatrième calife. C’est le mari de Fatima.

[3] : Omar deviendra plus tard le second calife après la mort d’Abu Bakr. Il a poussé Abu Bakr au pouvoir – même s’il pensait que c’était une mauvaise idée (voir Sahih Boukhari) – parce qu’il ne voulait pas être le premier à ce poste. En cas d’insurrection réussie, Abu Bakr aurait morflé tout seul. Mais grâce à ses mercenaires très motivés et une campagne de terreur sans merci, Abu Bakr réussit à imposer le califat. Il meurt au bout de 2 ans et Omar récolte la mise.

[4] : Dans d’autres sources, on apprend que Fatima avait ses 2 petits enfants qui dormaient dans la maison (Hassan et Hossein). Omar avait menacé de les bruler aussi d’où sa peur et son refus de voir les opposants revenir chez-elle.

 

Page(s) :

 Omar menace Fatima

Cliquez pour agrandir la page

 

 

Source :

Mossanaf ibn Abi Shayba

De: ibn Abi Shayba

Volume 13, page 201

 

Analyse :

Omar, dont on connait la brutalité envers les femmes, vient chez la Fatima, la fille du prophète, littéralement trois jours après la mort de ce dernier. Il a déjà poussé son vieil ami Abu Bakr au pouvoir et fait le ménage autour de lui en terrorisant tous ceux qui pourraient montrer une résistance. D’ailleurs, dans les mois qui vont venir, des campagnes d’extermination sont lancées pour bruler vivants tous ceux qui ne reconnaissent pas le nouveau calife (voir les œuvres de Khalid ibn al-Walid).

Les sources chiites disent qu’Omar a battu Fatima. Les sources sunnites, comme celle-ci, disent qu’il l’a juste menacée de la bruler avec ses enfants.

Connaissant le caractère brutal d’Omar tel qu’il est documenté chez tous les camps, y compris le camp sunnite, il est vraisemblable qu’il a frappé la fille du prophète des musulmans. Omar perdait très vite son sang-froid quand une femme le contrariait et la violence arrivait tout de suite.

Les sources chiites et sunnites s’accordent à dire que Fatima n’a plus jamais parlé à Omar et Abu Bakr. Ces derniers avaient tenté d’obtenir son pardon mais elle a toujours refusé de les voir.

Elle est morte quelques semaines après son père. Elle avait 28 ans.

Les sunnites disent qu’elle était trop triste de la mort de son père et c’est cela qui l’a tué.

Les chiites disent qu’elle est morte suite aux coups reçus lors de sa confrontation avec Omar. Il semblerait qu’elle était enceinte au moment de la raclée.

Il est plus vraisemblable qu’elle soit morte de coups que de tristesse.

Omar est maudit chez les chiites. Il est béni chez les sunnites (chez-eux, il fait parti du groupe des 10 qu’Allah ne jugera pas “moubacharine bil janah”)

NB : l’attitude affichée par Fatima s’appelle du Rafidisme. Celui qui a cette attitude est un Rafidi. Ceci vient du verbe Arabe qui signifie « refuser ». C’est une manière de dire « opposition au pouvoir du calife ». Jusqu’à nos jours, beaucoup de musulmans sunnites seraient prêts à étrangler de leurs propres mains toute personne convaincue de Rafidisme. Croire en Allah, au Coran ou au prophète ne sont rien du tout devant la croyance obligatoire au calife et autres hommes politiques. Le culte de ces hommes de pouvoir est inculqué depuis la plus tendre enfance…

 

Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :

thumbnail of Moussanaf-Ibn-Abi-Shayba-volume-13

(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)

 

Articles Connexes :

Omar ibn al-Khattab frappe sa soeur jusqu’au sang

Le Caliphe Omar frappe des femmes encore

Le Caliphe Omar frappe Aicha la femme du prophète

Le calife Omar enterre sa fille vivante

Le caliphe Abu Bakr donne des ordres d’extermination et d’esclavage

5 COMMENTS

  1. J’ai mal au coeur, pour Fatima et Ali, même si Ali n’a pas été un sage non plus.
    C’est triste, j’aurais aimé que la version de nos mosquées soit la vraie …

LEAVE A REPLY