Le caliphe Abu Bakr ordonne de bruler des gens vivants

Le caliphe Abu Bakr ordonne de bruler des gens vivants

482
5
SHARE

— Début de la traduction —

Les imams débattent au sujet de certaines méthodes de mise à mort comme par exemple bruler vivant. Certains disent qu’il est licite parce que Abu Bakr le Juste [1] – qu’Allah le bénisse – a ordonné de bruler des gens parmi les apostats. Aussi Ali bin Abi Taleb [2] – qu’Allah le bénisse – a fait bruler ceux qui ont affirmé qu’il était une divinité. D’autres l’ont interdit d’après ce qui a été raconté du prophète qui interdisait de bruler les gens.

— Fin de la traduction —

 

Notes de traduction :

[1] : premier calife

[2] : quatrième calife

 

Siyassa-Charia-Ibn-Taymiyyah-page-106

Cliquez pour agrandir (page 106)

Siyassa-Charia-Ibn-Taymiyyah-page-107

Cliquez pour agrandir (page 107)

Source :

Al Siyassa al Char’ia

De: Ibn Taymiyyah

Pages 106 et 107

 

Analyse:

Ceci est une illustration parfaite de la morale de l’islam. Le bien et le mal en tant que notions absolues et indiscutables n’existent pas. Le bien est ce que font les hommes politiques. Le mal est ce qu’ils interdisent.

Ici la question tourne autour de bruler les gens vivants. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Ibn Taymiyya revient vers l’Histoire et trouve que les califes (qu’il bénit de manière compulsive chaque fois qu’il les cite) ont brulé des êtres humains. Des imams valident donc cette méthode comme une bonne chose.

Chez toutes les autres Nations et même les branches non sunnites de l’islam, le bien ou le mal ne peuvent pas se connaitre d’après les hommes. Il faut d’abord connaitre le bien et après trouver ceux qui l’exemplifient par leur comportement et leurs actions. Ici, tout est inversé : on décrète que l’homme politique (calife) représente le bien absolu et toutes ses actions sont qualifiées de vertueuse aussi abominables qu’elles soient.

Le premier calife – Abu Bakr ibn Abi Qohafa – s’était fait une spécialité de bruler les gens vivants. Le fait de ne pas reconnaitre son pouvoir était considéré – et l’est toujours – comme un acte d’apostasie. Il envoyait ses hommes aux villages récalcitrants pour les obliger à le reconnaitre. Ceux qui refusaient finissaient brulés vivants, leurs femmes violées et le reste – y compris les enfants – vendus comme esclaves.

 

Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :

thumbnail of Ibn-Taymiyah-Siyassa-Chariia

(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)

 

Articles Connexes :

Boukhari : Le prophète menace de bruler les maisons des gens

An 683 : Un soldat pillard du calife omeyyade assassine le bébé d’un compagnon à Médine

Le caliphe Abu Bakr donne des ordres d’extermination et d’esclavage

Des têtes d’hommes en supports de marmittes

5 COMMENTS

LEAVE A REPLY