Omar veut Plagier des Hadiths chez les Juifs

Omar veut Plagier des Hadiths chez les Juifs

1816
5
SHARE

— Début de la traduction —

Omar {qui sera le second calife} dit au prophète : nous entendons des hadiths chez les Juifs et cela nous plait. Est-ce que vous voyez que l’on écrive certains ? Le prophète répondit : est-ce que vous avez des doutes {sur mon message} comme les Juifs et les Chrétiens ont eu des doutes ? Je vous ai ramené un message blanc et propre et même si Moïse était en vie, il m’aurait suivi.

— Fin de la traduction —

kFKLBio

Cliquez pour agrandir

Source :

Michkat al Massabih

De : Al Khattib al Tabrizi, commenté par Cheikh al Albany

Page 63

 

Problème :

Dans ce hadith que Albany qualifie de Hassan en bas de page (haut niveau d’authenticité), le  futur calife Omar propose au prophète des musulmans de copier des hadiths chez les Juifs.

Plus tard, quand il aura du pouvoir, les sources sont formelles : il va en use pour importer massivement du contenu judaïque qui sera déformé et rapporté à l’Islam comme contenu original.

 

Télécharger le livre pour vérifier vous-même :

thumbnail of Ibn-Hajjar

(Cliquez sur l’image puis encore à la page suivante pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)

 

Articles Connexes :

Le calife Omar autorise le premier colporteur de légendes : Tamim al-Daari

5 COMMENTS

  1. Bonjour,
    Se pose ici le problème de l’acception du terme “hadith”, souvent compris comme anecdote relatant des paroles ou faits de Mahomet, exclusivement.
    Selon cette compréhension, comment est-il envisageable de “copier” des “hadiths” depuis une autre culture ?
    Le terme doit alors avoir, du moins sortant de la bouche de Omar comme rapporté dans cette anecdote, une acception plus large et générale, pas nécessairement liée à Mahomet.
    On pourrait en déduire que cette acception plus étendue sonnerait ainsi: “court récit rapportant des faits ou gestes d’une personne, et visant à l’édification des croyants”, de quelle croyance qu’ils soient. Dans ce contexte en l’occurrence, juifs ou musulmans.
    Quoi qu’il en soit, l’intention d’emprunt ou de transposition de récits, révèle ici de la part d’Omar une intention d’édification au détriment de la véracité. En termes modernes on parlerait de manipulation. Et ça lui plaît…
    Et il deviendra Calife…
    Pour finir, cela fait écho à des accusations récurrentes de falsification à l’endroit des chrétiens ou des juifs, et ce de la part de personnes qui se déclarent… musulmanes ! C’est énorme !
    On ment, on emprunte des récits de l’autre, mais c’est l’autre qu’on accuse de mensonge, drapé dans l’autorité de la religion !
    En psychopathologie, il existe des termes pour cela.

  2. ceci est la vérité. le coran se suffit à lui même.
    l’islam n’est pas le judaisme.
    attention de ne pas plagier les juifs qui sont d’ailleurs perdus.
    ne semblent ils pas comme l’âne chargé de livres ? c’est à dire des speculateurs kabalistes ?

LEAVE A REPLY