Dans Sahih Boukhari : le prophète était sous l’effet de la sorcellerie

Dans Sahih Boukhari : le prophète était sous l’effet de la sorcellerie

3814
1
SHARE

—- Début de la traduction —-

5432 – J’ai été informé par Abdallah bin Mohammed qui a dit : j’ai entendu Ouyayina dire : le premier qui en a parlé était Ibn Jourayj qui a dit : j’ai été informé par la famille de Ourwa [1], d’après Ourwa, j’ai demandé à Hicham à son sujet : il a répondu d’après son père, d’après Aicha qui a dit que :

« Le prophète était sous l’effet de la sorcellerie à tel point qu’il voyait qu’il avait couché avec des femmes alors qu’il n’avait pas couché avec »

Sofiane a dit, c’est le plus fort effet qui soit de la sorcellerie.

— Fin de la traduction —

 

Notes de traduction :

[1] : La chaine de narration (sanad) est vague en ce point pour un hadith sahih. On se serait attendu au nom d’une personne. En Arabe il est écrit « Aal Ourwa » ce qui veut dire famille au sens large.

 

Page(s) :

Boukhari-page-2175-r

Cliquez pour agrandir

 

Source :

Sahih Boukhari

De : al-Boukhari

Page 2175

 

Analyse :

Ce hadith montre le dilemme de l’islam :

1 –  Soit il doit accepter que son prophète est sous influence satanique qui altère son jugement, sa mémoire et lui fait imaginer des choses.

2 –  Sauver son prophète mais affirmer dans ce cas qu’Aicha ment sur le sujet

Or, Aicha est la fille du premier calife (Abu Bakr). Les sunnites ont une fidélité absolue envers les hommes politiques et autres hommes d’Etat. Comme il n’y a pas de séparation Etat / Religion en islam, le dirigeant politique est de facto un imam religieux. Le calife n’est rien d’autre qu’une fonction à deux casquettes : dirigeant politique et imam en même temps (aussi juge). Cette position leur a permis d’écrire progressivement des textes à leur gloire et se mettre, eux et leurs familles, au-dessus de tout (beaucoup sont officiellement au-dessus de la justice divine “moubacharoune bil janah”).

Le verset coranique 25:8 vient encore compliquer les choses : « Les injustes disent : Vous ne suivez qu’un homme ensorcelé ».

q-25-8-close

Donc : est-ce que Aicha est injuste selon le texte coranique ? La réponse chiite est oui, la réponse sunnite est non.  La raison profonde pour laquelle les sunnites la défendent est que par elle arrive l’islam des cours des califes. Si ses narrations ou ses intentions sont discréditées, c’est tout ce pan d’islam politique qui s’écroule. L’islam sunnite sans politique et sans culte des hommes de pouvoir n’est rien. Donc le choix est vite fait : le hadith est authentique et le prophète des musulmans était atteint d’hallucinations. A partir de ce moment, tout devient sujet à caution y compris les versets du Coran qu’il a pu imaginer.

 

 

Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :

thumbnail of Sahih-Boukhari-complet

(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)

 

Articles Connexes:

Depuis Sahih Boukhari : le prophète s’imagine des choses qui n’ont jamais eu lieu

Une bête a mangé les versets du Coran

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY