Le prophète ne tue pas un bédouin qui apostasie 3 fois

Le prophète ne tue pas un bédouin qui apostasie 3 fois

49
1
SHARE

— Début de la traduction —

6785 – Abdallah bin Youssouf [1] nous a dit : Malik nous a informés [2] : d’après Mohammed bin al-Mounkadir [3], d’après Jabir bin Abdallah :

Un bédouin a prêté allégeance au prophète pour devenir musulman. Plus tard, le bédouin a attrapé une fièvre à Médine.

Il est revenu chez le prophète pour dire : libères-moi de mon allégeance

Le messager d’Allah a refusé.

Puis, il est revenu encore chez-lui pour dire : libères-moi de mon allégeance

Le messager d’Allah a refusé.

Puis, il est revenu encore chez-lui pour dire : libères-moi de mon allégeance

Le messager d’Allah a refusé.

Le bédouin a fini par quitter Médine.

Le prophète a dit : Médine c’est comme un soufflet de four. Il chasse les déchets et fait briller les bonnes choses.

— fin de la traduction —

 

Notes de traduction

[1] : Est un narrateur né à Damas et mort au Caire. Il n’a pas pu être établi où il a rencontré Boukhari qui a pris de lui ce hadith. C’est le seul musulman de Damas de cette chaine. Boukhari disait de lui que c’était « le narrateur le plus solide du Shaam ».  (Lire Siyar Aalaam al-Noubalaa d’Al-Dhahabi, volume 10, Tabaqa 11)

[2] : Médinois. Malik ibn Anas. Il a formé l’école sunnite qui porte son nom (Malékisme). Malik est mort une vingtaine d’années avant la naissance de Boukhari. Mais ce dernier trouva beaucoup de ses narrations chez Abdallah bin Youssouf qui l’avait côtoyé.

[3] : Médinois. N’a pas connu le prophète mais a connu sa femme Aicha

[4] : Médinois. A connu le prophète. Jabir bin Abdallah avait 25 ans quand le prophète est mort.

 

Page(s) :

Apostasie-Boukhari-Hadith

Cliquez pour agrandir

 

Source :

Sahih Boukhari

De : Muhammed al-Boukhari (810 – 870)

Page 2636

 

Analyse :                                                     

Voici un hadith intéressant surtout que la majorité de ses narrateurs viennent de Médine. Un bédouin se convertit à l’islam puis veut apostasier mais n’est pas tué.

Un des problèmes de l’islam du califat est la facilité de fabriquer des apostats pour satisfaire les appétits de meurtre et de pillage des hordes de mercenaires.

Le seul calife qui a tenté d’arrêter les guerres d’apostasie / pillage était Ali (4eme calife). Résultat : les mercenaires se sont retournés contre lui !

 

Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :

thumbnail of Sahih-Boukhari-complet

(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)

 

Articles Connexes:

A Damas, un compagnon du prophète ne reconnait plus l’islam

Un juif fraichement converti enseigne le Coran aux compagnons du prophète

1 COMMENT

  1. Le titre est trompeur. L’apostasie du bédouin n’a été consommée, théoriquement, qu’à son départ de Médine. Avant cela, il ne faisait qu’en demander l’autorisation. Le tuer pour ce motif aurait été excessif même en regard de la législation islamique la plus dure. Et si le hadith ne nous dit pas que la sentence a été prononcée et exécutée (après, donc, qu’on ait poursuivi l’homme en fuite), il ne nous dit pas non plus que l’homme a été épargné plus tard. Cette dernière hypothèse est d’ailleurs très improbable, puisque l’homme, ainsi, devenait un Arabe mécréant, c’est-à-dire un de ceux à qui Mahomet, par ailleurs, n’a finalement laissé que le choix entre l’islam et l’épée.

LEAVE A REPLY